Le crédit se porte mieux en zone euro

Selon la Banque centrale européenne (BCE), la santé du crédit en zone euro est au beau fixe puisque la demande et les conditions d'octroi de prêts se sont améliorées au cours du troisième trimestre de 2016.


News

Le crédit se porte mieux en zone euroLe reprise de la croissance du crédit bancaire semble amorcée, c'est en tout cas ce qui peut être déduit des résultats d'une étude publiée cette semaine par la Banque nationale européenne. Détails.

La Banque nationale européenne, dont la mission principale et de définir, mettre en oeuvre et conduire la politique monétaire de la zone euro, a effectué une enquête auprès de 141 banques afin de connaître l'état de santé actuel du crédit bancaire. 

Le secteur du crédit bancaire au beau fixe

Le bilan de cette étude semble encourageant. En effet, au cours du troisième trimestre de cette année, il semblerait que la demande de crédit (crédit hypothécaire, prêt à la consommation, etc.) soit repartie à la hausse, et ce, tant dans le chef des ménages que dans celui des entreprises. La raison? Des taux d'intérêts intéressants et un regain de confiance des consommateurs. 

Mais ce n'est pas tout. Les conditions d'octroi d'un prêt se sont, elles aussi, améliorées au cours de cette période. Il semblerait en effet que les standards se soient assouplis en la matière. Malheureusement, la tendance ne s'est pas propagée aux entreprises, pour qui les critères n'ont malheureusement pas évolués. 

Méfiance...

Il convient toutefois de rester vigilants face à ces résultats positifs qui, il ne fait nul doute, sont encourageants pour la croissance en zone euro, cette performance n'étant pas le fruit du hasard.

Afin de redynamiser le crédit et l'activité, la BCE a pris le parti de baisser ses taux jusqu'à des taux historiquement bas, en plus d'avoir déversé d'énormes sommes d'argent au sein du circuit financier. Il y a quelques semaines, la BCE a notamment accordé 45 milliards d'euros aux banques afin que ces dernières puissent se refinancer et continuer à prêter de l'argent. 

Ce type d'intervention au sein des marchés ne peut évidemment pas durer éternellement. Il convient donc aux pays de la zone euro de faire le nécessaire pour relancer la croissance.