Les taux d'intérêt des crédits hypothécaires en hausse, le moment idéal pour y souscrire?

Les candidats bâtisseurs, les futurs propriétaires et ceux qui envisagent d'entreprendre la rénovation de leur bâtiment l'ont déjà certainement remarqué: les taux d'intérêts pour les crédits hypothécaires commencent tout doucement à repartir à la hausse. Le moment idéal pour y souscrire?


News

Crédit hypothécaire: taux en hausseDepuis quelques semaines, on remarque que les banques commencent à revoir les taux de leurs crédits hypothécaires à la hausse. Le quotidien néerlandophone De Standaard a récemment réalisé un sondage indiquant que plusieurs banques avaient augmenté les taux de leurs crédits hypothécaires au cours du mois écoulé. Parmi celles-ci, Argenta, KBC, ING ou Belfius.

Alors que les taux des crédits hypothécaires étaient au plus bas au début du mois d'octobre 2016 (source: Immotheker), plusieurs banques ont depuis lors augmenté les taux de leurs crédits hypothécaires. Plusieurs raisons expliquent cette évolution.

Premièrement, la hausse des taux d'intérêt à 10 ans: ils sont passés de 0,1% à 0,5% en l'espace d'un mois, soit une multiplication par 5 qui n'a pas laissé les institutions bancaires de marbre. Ensuite, le fait que la couverture des risques de taux est devenue beaucoup plus chère pour les banques, notamment pour les durées de 15 ans et 20 ans. Enfin, la politique de la Banque Centrale Européenne (BCE) sur les taux d'intérêt pèse de plus en plus sur les résultats des banques, d'où cette réaction inévitable.

Une hausse sur le long terme?

Il est évidemment impossible de se prononcer sur l'évolution des taux des crédits hypothécaires sur le long terme. Toutefois, il ne serait pas surprenant que les banques qui n'ont pas encore modifié leurs taux emboitent bientôt le pas de leurs concurrentes. L'histoire nous apprend en effet que lorsqu'une banque fait évoluer ses taux, les autres banques ont tendance à l'imiter.

Les particuliers qui souhaitent investir dans l'immobilier auront donc peut-être intérêt à ne pas tarder à négocier le taux de leur crédit hypothécaire avec leur banque ou leur organisme de crédit, et ce même si des grosses hausses de taux ne sont (encore) pas à l'ordre du jour.